Lettre à un lycéen

Charles-Louis Philippe 

Le lycéen s’appelait Jean Giraudoux. La lettre est signée Charles-Louis Philippe.

Le lycéen s’appelait Jean Giraudoux.
La lettre est signée Charles-Louis Philippe.
Elle conseille : soyez vous-même !
Elle date de 1898 ; elle est d’aujourd’hui…
On connaît la lettre de Zola à la jeunesse, en 1897, et celles à un jeune poète de Rilke, en 1903. La présente lettre est belle et forte : « Il faut être soi, vous dis-je. »

Ce petit livre contient également, du même auteur : « Mon frère l’Avenir » et « Trouver du travail ».
Par Bruno Vercier : Soyez vous-même. Giraudoux et Ch.-L.
Philippe ; Ch.-L. Philippe vu par Gide et Claudel. Repères biographiques.

Édition présentée par Bruno Vercier

 

ISBN 979-10-96047-02-4
Format 145×210, 48 p.
Maquette de couverture : La CigaLélée, Nantes
Photo de couverture : Lycée Jean-Giraudoux, Châteauroux
Prix de vente TTC : 8,40 €

 

– « Un petit bijou. Il contient des textes remarquables et bien choisis constituant un tout. » (J.-L. A., Cérilly).
– « Ce merveilleux ‘‘petit’’ livre. Oui, Charles-Louis Philippe est un type bien, – ils sont rares, parmi les auteurs… […] cette lettre, qui fait grand bien. » (Jean-Paul C., Angoulême).
– « Dans son intention de promouvoir l’œuvre du romancier « injustement méconnu », Bruno Vercier accompagne l’ensemble d’un beau texte, où, avec Giraudoux, qui voyait dans Philippe le seul écrivain français qui, « né du peuple, n’eût pas trahi le peuple en écrivant», il déplore «l’injustice » de la célébrité de Philippe non-traduite en popularité : « Philippe ne se penche pas sur le peuple ; il est le peuple. » (Jean-Marc Laurent, La Montagne, 9 septembre 2016).
– « Le volume est élégant, l’ensemble de textes et présentation est astucieux et évoque très bien Ch.-L. Philippe dans un contexte de noms plus connus. » (David R., Grande-Bretagne)
Publicités